Réalités ophtalmologiques : Stimulation plantaire et dyslexie

Dans sa posture érigée, tant posturale que dynamique, l’homme dépend étroitement de ses pieds et de leur positionnement. Romberg, en 1853, avait déjà observé que les oscillations posturales augmentent lorsque la vision est occultée, mais également lorsque la base de sustentation est réduite.

Le système podal représente à la fois la base d’appui posturale, la sortie du système de stabilisation et l’interface sensorielle entre l’environnement terrestre et le système nerveux central.

Cela implique que toutes les modifications apportées au niveau de la sole plantaire, qu’elles soient biomécaniques, sensorielles ou nociceptives, ont une répercussion sur l’équilibre postural et oculomoteur. Ce n’est qu’au décours d’un examen clinique long et spécifique des troubles posturaux que le podologue détermine les stimulations les plus adaptées à la posture du patient.

Philippe Villeneuve, Sylvie Villeneuve–Parpay
Traitement postural et stimulations podales. Dossier œil, proprioception et posture Coordination P. Quercia.
Réalité Ophtalmologique — n° 122 — 2005 — p 9–16